Steven Butler

 

Steven a la boxe dans le sang. Littéralement. Son grand-père, Marshall Butler (25 (15 KO)-5-0), était une légende locale bien connue. Ayant performé plusieurs fois à l’ancien Forum de Montréal, ce dernier est entré dans l’histoire lorsqu’il a causé la surprise en battant par décision John H. Stracey au Royal Albert Hall, à Londres. Malgré le succès de Marshall, les parents de Steven ne le poussent pas à monter dans un ring, au contraire…

 

Bien au fait des manigances qui avaient cours dans le monde la boxe à l’époque, la grand-mère de Steven a toujours conseillé à son fils d’en rester loin. C’est pourquoi le père de Steven ne se réjouit pas en apprenant qu’il s’est inscrit au club de boxe Champion, à quelques rues de chez lui. Ce jour-là, Steven a 12 ans. Il entre au club de boxe et paye de sa poche les 40 $ exigés pour un abonnement mensuel.

 

L’entraîneur, Rénald Boisvert, ne tarde pas à voir en lui le même talent brut qu’il avait observé 30 ans auparavant chez Marshall. Au cours des trois premières années de sa carrière, Steven fréquente le club sporadiquement, gagne quelques combats par-ci par-là, mais c’est vraiment à l’âge de 15 ans qu’il fait honneur à son talent et commence à s’entraîner assidument. Et ça paye… Sa fiche parle d’elle-même : 50 victoires, dont plus d’une vingtaine par KO, et seulement 5 défaites. Depuis que Steven est champion canadien senior, les adversaires se font rares. Il a été tenté de patienter encore deux ans pour les Jeux olympiques de Rio, mais il a jugé qu’il ne pouvait pas se permettre d’attendre. « Je suis au sommet de ma forme; j’ai la force, l’endurance, la puissance, et j’ai besoin de les appliquer dans le ring maintenant, pas dans deux ans, explique-t-il. C’est pourquoi j’ai choisi d’aller pro. »

 

La nouvelle recrue de EOTTM enregistra son premier gain chez les professionnels le 28 mars 2014 alors qu’il envoya son adversaire au tapis dès le 1er round. Nous sommes déjà impatient de le voir remonter sur le ring!